< retour

OPEL occasion

9 résultats

Vous avez une voiture identique à vendre ?

déposer une annonce
  1. OPEL ASTRA G 1.6i 16V pack Bertone cabriolet Orange OPEL ASTRA G 1.6i 16V pack Bertone cabriolet Orange (essence)
    7 490 € 24 000 km 2001 Loire-Atlantique (44)
  2. OPEL GT II 2.0 Turbo 264 ch cabriolet Bleu foncé OPEL GT II 2.0 Turbo 264 ch cabriolet Bleu foncé (essence)
    24 000 € 49 334 km 2008 Loire-Atlantique (44)
  3. OPEL MOKKA 1.7 CDTI 130 ch SUV Blanc OPEL MOKKA 1.7 CDTI 130 ch SUV Blanc (diesel)
    14 990 € 89 512 km 2015 Vaucluse (84)
  4. OPEL 1900 GT Gr4 compétition Rouge OPEL 1900 GT Gr4 compétition Rouge (essence)
    43 000 € 700 km 1979 Bouches-du-Rhône (13)
  5. OPEL MOKKA 1.4 Turbo 140 ch COSMO SUV Blanc OPEL MOKKA 1.4 Turbo 140 ch COSMO SUV Blanc (essence)
    14 490 € 33 000 km 2016 Essonne (91)
  6. OPEL CORSA IV 1.6 210 Turbo OPC Nurburgring Edition coupé Blanc OPEL CORSA IV 1.6 210 Turbo OPC Nurburgring Edition coupé Blanc (essence)
    12 500 € 62 000 km 2012 Nord (59)
  7. OPEL ASTRA F 1.6i cabriolet Violet OPEL ASTRA F 1.6i cabriolet Violet (essence)
    1 000 € 138 000 km 1994 Meuse (55)
  8. OPEL SPEEDSTER 2.2 16v cabriolet Orange OPEL SPEEDSTER 2.2 16v cabriolet Orange (essence)
    32 990 € 3 950 km 2001 N.C.
  9. OPEL GT II 2.0 Turbo 264 ch cabriolet Noir OPEL GT II 2.0 Turbo 264 ch cabriolet Noir (essence)
    17 400 € 50 000 km 2009 Var (83)

Historique Opel

Si la marque a été fondée en 1868 par Adam Opel à Rüsselsheim (Allemagne), elle n'a commencé à produire ses premières automobiles qu'en 1898. Avant cela, Opel était spécialisé dans la fabrication de machines à coudre (1868) puis de bicyclettes (1886).

Le succès dans la production de deux roues permet alors à la firme de passer aux m­odèles à quatre roues. En 1902, Opel présente sa première voiture entièrement conçue dans ses usines après avoir commencé par importer des châssis français de chez Darracq sur lequel il monte ses propres carrosseries.

Opel devient alors le premier grand constructeur germanique. Il le restera jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale avant d'être dépassé par Volkswagen. La crise économique de 1929 ayant durement frappé les constructeurs automobiles, Opel rejoint le puissant groupe américain General Motors pour ne pas disparaître.

L'association se montre des plus productives. En 1935, Opel présente l'Olympia et devient grâce à elle le premier constructeur européen devant Fiat et Citroën. L'Opel Admiral, dotée d'un 6 cylindres, est lancée dès 1937 suivie de la Kapitän. Mais en 1941, à cause du régime allemand, la production est volontairement limitée à l'assemblage d'un camion baptisé Blitz.

Il faut attendre 1953 pour que Opel ressorte une automobile qui se démarque notamment par ses ailes intégrées. La Rekord P1 voit le jour en 1957. Elle est remplacée en 1963 par un nouveau modèle portant le même nom. Les Opel Rekord de 1966, 1972 puis 1977 adoptent au fil du temps le style américain de la maison mère GM.

Dérivé de la Rekord, la Commodore dotée d'un 6 cylindres, chapeaute même la gamme durant dix ans. La Senator lui emboîte le pas en 1978. Elle se démarque par sa carrosserie à six glaces latérales mais connait une carrière éphémère.

L'Opel Omega lui succède en 1986. Une version 6 cylindres bi-turbo de 377 ch, préparée par Lotus, est proposée en 1991 pour les passionnés de sport. En 2001, Opel confie à la marque anglaise la fabrication du Speedster, basée sur un châssis de Lotus Elise.

Dès 1962, Opel avait aussi lancé la Kadett, un modèle plus compact placé au-dessous de­ la Rekord. En 1970, l'Ascona vient combler l'espace entre la Kadett et la Rekord. La Manta, son dérivé coupé, a pour mission de concurrencer la Capri de Ford. De 1968 à 1973, Opel produira aussi le sympathique coupé GT. La Calibra, développée sur la base d'une Vectra, lui succède en 1989. La famille s'agrandit ensuite avec l'arrivée du petit coupé Tigra et de la citadine Corsa.

Opel présente également son premier monospace en 1996. Le Sintra a la particularité d'être produit aux Etats-Unis chez Chevrolet. Depuis la marque a enrichi sa gamme avec le Zafira et le Meriva. Côté berlines, la compacte Astra comme la familiale Insignia ont été déclinées en de multiples carrosseries.

En 1999, l'Opel Performance Center voit le jour grâce à l'ancien pilote de DTM Volker Strycek. Ce département, plus connu sous la dénomination OPC, dynamise toute la gamme Opel pour attirer la jeune clientèle. De la Corsa au Zafira, en passant par l'Astra et la Vectra, aucun modèle n'échappe à sa cure de vitamines.

Mais en 2009, avec la crise économique, l'avenir d'Opel est remis en question. Après quelques mois d'incertitudes et de remous politiques, General Motors décide de conserver la marque allemande comme antenne européenne. Un excellent choix pour parvenir à écouler d'ici 2011 l'originale Opel Ampera, première berline électrique assistée d'un moteur thermique. La boucle est bouclée pour cette marque dont le logo représente un éclair dans un cercle.