< retour

MG occasion

15 résultats

Vous avez une voiture identique à vendre ?

déposer une annonce
  1. MG B Mk3 cabriolet Blanc MG B Mk3 cabriolet Blanc (essence)
    18 500 € 89 455 km 1972 Seine-Maritime (76)
  2. MG B Mk4 cabriolet MG B Mk4 cabriolet (essence)
    26 000 € 61 981 km 1978 Meurthe-et-Moselle (54)
  3. MG B Mk1 cabriolet Beige MG B Mk1 cabriolet Beige (essence)
    24 900 € 66 000 km 1964 Seine-et-Marne (77)
  4. MG TYPE D MIDGET cabriolet Ivoire MG TYPE D MIDGET cabriolet Ivoire (essence)
    32 000 € 73 900 km 1952 Finistère (29)
  5. MG B Mk3 cabriolet Vert MG B Mk3 cabriolet Vert (essence)
    25 000 € 17 000 km 1971 Bouches-du-Rhône (13)
  6. MG TYPE C MIDGET cabriolet Vert MG TYPE C MIDGET cabriolet Vert (essence)
    22 200 € 11 271 km 1948 Belgique
  7. MG A 1600 MKI cabriolet Bleu MG A 1600 MKI cabriolet Bleu (essence)
    17 000 € 100 000 km 1960 Ile de France (75)
  8. MG SA Tickford cabriolet Beige MG SA Tickford cabriolet Beige (essence)
    80 000 € 2 000 km 1937 Pyrénées-Orientales (66)
  9. MG RV8 convertible with rear windscreen cabriolet Bleu foncé MG RV8 convertible with rear windscreen cabriolet Bleu foncé (essence)
    45 000 € 75 000 km 1995 Belgique
  10. MG MIDGET Mk2 cabriolet Vert MG MIDGET Mk2 cabriolet Vert (essence)
    16 500 € 51 426 km 1970 Puy-de-Dôme (63)
  11. MG RV8 cabriolet Bleu foncé MG RV8 cabriolet Bleu foncé (essence)
    45 000 € 78 000 km 1995 Belgique
  12. MG A cabriolet Blanc MG A cabriolet Blanc (essence)
    33 000 € 99 999 km 1956 Bas-Rhin (67)
  13. MG B GT 1.8 coupé Violet MG B GT 1.8 coupé Violet (essence)
    20 000 € 9 000 km 1976 Nord (59)
  14. MG B ***Autre*** cabriolet Rouge MG B ***Autre*** cabriolet Rouge (essence)
    13 500 € 1 414 km 1973 Eure (27)
  15. MG B GT 1.8 Conduite à droite coupé Violet MG B GT 1.8 Conduite à droite coupé Violet (essence)
    12 500 € 81 709 km 1973 Nord (59)

Historique MG

Lancée officiellement en 1924, la marque MG doit son appellation à l'acronyme Morris Garages, un concessionnaire de la marque Morris installé à Oxford. Responsable des ventes depuis 1921, Cecil Kimber propose à ses clients d'améliorer les Morris de série. Dans les ateliers, les moteurs grimpent en puissance et les carrosseries gagnent en aérodynamique. D'où l'idée de lancer une nouvelle entité simplement appelée MG.

Il faut attendre la première Midget, en 1929, pour que la nouvelle marque connaisse le succès. Cet économique petit roadster et ses descendants vont révolutionner le marché de voiture sportive, grâce à des tarifs abordables et de nombreux succès sur le circuit de Brooklands et l'autodrome de Montlhéry. Un modèle plus gros, sur une base de Magnette et baptisé K3, gagne les 24 heures du Mans en 1933 dans sa catégorie.

Entre 1939 et 1945, l'usine fait un break forcé et se concentre sur la production d'armement, avant de revenir aux voitures avec la TC Midget qui n'est qu'une légère évolution de la TB d'avant-guerre. Exportée en Europe continentale et aux Etats-Unis, la TB est produite à 10,000 exemplaires en cinq ans. Elle est suivie par les MG TD et MG TF à la carrière plus courte. Le catalogue se renforce avec la Y-Type, puis la Magnette, à ligne ponton, des berlines compactes loin d'être sportives. Très vite MG revient aux records de vitesse sur le Grand Lac Salé aux Etats-Unis : le EX179, en 1954 (272 km/h), la EX181, en 1957 (407 km/h).

Mais ce qui propulse MG au sommet, c'est l'arrivée de la MGA en 1955. Ce roadster surbaissé habillé d'une carrosserie moderne rencontre un succès immédiat. Plus de 100.000 exemplaires de la MGA sont vendus, dont 80% à destination de l'Amérique du Nord. En 1961 arrive un minuscule roadster qui renoue avec l'appellation Midget et dure jusqu'en 1979. Il s'agit en fait d'une Austin Healey Sprite rebadgée, les deux marques faisant alors partie du groupe BMC (British Motor Corporation). Les berlines sont toujours de la partie, mais cette fois ce sont des Austin-Morris 1100 et 1300 rehaussée de la calandre statutaire MG.

La MGA est remplacée en 1962 par une MGB qui abandonne le châssis séparé pour une structure monocoque. Fabriquée jusqu'en 1980 la MGB devient la voiture de sport la plus vendue dans le monde avec près de 525.000 exemplaires. Ce chiffre comprend toutes les motorisations à savoir la MGB quatre-cylindres (1.8), la MGC six-cylindres (3.0) et la MGB V8 (un 3.5 emprunté à Rover). Le cabriolet initial est rejoint en 1965 par la MGB GT Coupé dont l'intégration du toit est due à Pininfarina, Le modèle atteint le tiers de la production totale.

Alors que la marque est passée dans le giron des groupes Leyland puis Austin Rover, la fermeture de l'usine d'Abington, près d'Oxford, signe, en 1980 l'arrêt temporaire de la marque. Dès 1982 le logo MG réapparaît les MG Metro, MG Maestro et MG Montego, des Austin rebadgées. En 1992, dans un dernier soubresaut, la marque présente la MG RV8, une digne descendante de la mythique MGB. Peine perdue, le groupe comprenant les marques Rover, Land Rover, Mini et MG tombe dans l'escarcelle du groupe BMW. C'est à cette époque que sort le roadster MGF à moteur central arrière, plus tard améliorée et rebaptisée MGTF. A terme, le constructeur allemand garde Mini et revend Land Rover à Ford. Quant à Rover et MG, après quelques errements dans le holding britannique Phoenix Consortium, elles deviennent chinoises en 2006. Quelques modèles restent fabriqués et vendus au Royaume-Uni mais aucune importation n'est prévue en France.