< retour

LOTUS occasion

5 résultats

Vous avez une voiture identique à vendre ?

déposer une annonce
  1. LOTUS ELISE Serie 3 CR Black Style Pack cabriolet Gris foncé LOTUS ELISE Serie 3 CR Black Style Pack cabriolet Gris foncé (essence)
    33 000 € 88 000 km 2012 Rhône (69)
  2. LOTUS ELISE Serie 2 conduite à droite cabriolet Bleu LOTUS ELISE Serie 2 conduite à droite cabriolet Bleu (essence)
    29 990 € 112 700 km 2002 Loiret (45)
  3. LOTUS SEVEN Série 2F S2 1/2 cabriolet Vert LOTUS SEVEN Série 2F S2 1/2 cabriolet Vert (essence)
    60 000 € 1 000 km 1966 Haute-Garonne (31)
  4. LOTUS EUROPA Série 2 CONDUITE A DROITE coupé Rouge LOTUS EUROPA Série 2 CONDUITE A DROITE coupé Rouge (essence)
    14 000 € 50 000 km 1993 Finistère (29)
  5. LOTUS ELAN M100 (Serie 2) cabriolet Bleu clair LOTUS ELAN M100 (Serie 2) cabriolet Bleu clair (essence)
    16 500 € 90 000 km 1995 Loire (42)

Historique Lotus

Si Lotus est le nom d'une fleur symbole de pureté, c'est aussi celui qu'a choisi Anthony Colin Bruce Chapman, jeune ingénieur anglais passionné de mécanique, pour baptiser sa première création à quatre roues. En 1948, sa Lotus Mk1 n'a rien d'un coupé sportif puisqu'elle est destinée à des épreuves de maniabilité en trial.

Entre 1949 et 1951, Chapman construit deux autres prototypes conçus cette fois pour la piste selon la formule 750 cm3 prisée en Angleterre. Sa Mk3 utilise un châssis allégé et un moteur d'Austin Seven. Elle est surtout pourvue d'une carrosserie plus élancée qui lui permet de remporter de nombreuses courses.

La Lotus Mk 4, premier modèle commercialisé en kit, permet aux amateurs éclairés d'assembler eux-mêmes leur auto. De quoi éviter les frais de main-d'œuvre et surtout les taxes qui frappent les véhicules neufs. Cette idée séduit beaucoup les amateurs de sportives peu fortunés.

En 1952, la compagnie Lotus Engineering voit le jour et produit une centaine de Mk6, une auto de compétition homologuée pour la route. Fort de cet engouement, Colin Chapman fonde alors Lotus Cars, en 1955. Deux ans après, il crée son écurie de course (Team Lotus). En 1957 sort la Lotus Seven construite jusqu'en 1973. Caterham en rachète ensuite les droits pour continuer de la produire.

Si Lotus brille en sport auto (F2 puis F1), c'est plus difficile sur le plan industriel. L'Elite Type 14 (1957) est pourtant la première voiture dotée d'une structure autoportante entièrement en résine renforcée avec de la fibre de verre. Cette technique, révolutionnaire pour l'époque, met en application la devise chère à Colin Chapman : "Light is right" (la légèreté c'est bien).

En 1962, la petite Lotus Elan utilise ce procédé pour son châssis et sa carrosserie. Elle s'impose grâce à cela dans de nombreuses courses. Elle est suivie en 1967 par l'Europa à moteur central arrière puis en 1975 par l'Eclat et la Lotus Esprit, très prisée par James Bond, ou encore la Lotus Excel.

A la mort de son créateur, en 1982, Lotus connaît de gros problèmes financiers et son Team n'est plus que l'ombre de lui-même. En 1986, Lotus Cars est vendue à General Motors. Le géant américain revend l'entreprise en 1993 à une holding qui, elle-même, s'en débarrasse en 1996 en la cédant à Proton.

Depuis, le constructeur malais n'a de cesse de faire fructifier son investissement notamment grâce à la Lotus Elise et ses nombreux dérivés (Lotus Exige, 340R, Europa) ou encore la Lotus Esprit V8. Depuis 2008, l'Evora V6 est venu agrandir la famille. En 2010, Lotus a présenté cinq nouveautés (Lotus Esprit, Lotus Elan, Lotus Elite, Lotus Elise, Eterne) qui préfigurent tous les modèles à venir d'ici 2015 avec comme ambition de concurrencer Porsche et Ferrari.